Aménager la ville en "ÉcoQuartiers"

Le Finosello


Lancé en décembre 2012, le label « ÉcoQuartier » répond à l’objectif fixé par la loi relative à la mise en en œuvre du Grenelle de l’environnement. Notre projet au Finosello repose donc sur une Charte « ÉcoQuartier » qui répond à 20 engagements stricts et intangibles, au risque de se voir refuser la labellisation.

Notre projet

Un "ÉcoQuartier" situé entre le chemin des écoliers et l’avenue Maréchal Lyautey au Finosello, rehaussé du nouveau Conservatoire régional de Musique, de Danse et d’Art Dramatique Henri Tomasi.

Les objectifs

Travailler en priorité sur la ville existante et proposer des formes urbaines adaptées pour lutter contre l’étalement urbain.


C’est tout un projet qui va voir le jour :

• cheminements piétons ;

• jardin public (amphithéâtre de verdure) ;

• stationnement privé (342 places) ;

• parking public en sous-sol (120 places) ;

• commerce ;

• équipements publics ;

• logements (241).


Préserver et valoriser la biodiversité, les sols et les milieux naturels : les arbres seront conservés sur l’avenue Maréchal Lyautey et une grande majorité sur le site. Ceux qui devront être supprimés seront ensuite replantés. En outre, 93% des espaces publics seront exclusivement piétons. Le projet s’intègrera harmonieusement dans la topographie et mettra en valeur les vues sur le paysage ainsi que les essences locales.


Viser la sobriété énergétique et la diversification des ressources au profit des énergies renouvelables et de récupération : le site du Finosello, par sa densité, est propice à l’implantation d’un réseau de chaleur urbain (ex : Centrale géothermique de la ZAC de Clichy Les Batignolles qui produit 83% des besoins en chauffage pour les 3000 logements).


Mobiliser les citoyens : comme pour l’ensemble de nos projets, celui-ci est soumis à la concertation et participation des Ajacciens. Une maison du projet sera d’ailleurs installée directement sur le site.

Le Conservatoire, pièce maîtresse du projet, c’est :

• Une proposition architecturale de Rudy Ricciotti et d’Amélia Tavella ;

• Un auditorium de 200 places destiné aux concerts et représentations, avec un soin tout particulier apporté à l’acoustique ;

• un bâtiment multifonctionnel pour les 600 élèves déjà scolarisés dans l’établissement ;

• 8 M€ d’investissement ;

• Une politique de revégétalisation de la ville : le bâtiment se calque sur la forme de son terrain, mais aussi de son ensoleillement et bénéficiera d’un toit terrasse végétalisé ;

• Un bâtiment qui porte le nom d’Henri Tomasi, dont l’une des partitions représentatives de son œuvre se reflètera dans les brise-soleils.

• L’hébergement de l’École de musique municipale.



Reconnecter le centre-ville à la Miséricorde


La ville d’Ajaccio, au travers de la SPL Ametarra, s’apprête à devenir propriétaire des terrains de l’hôpital de la Miséricorde pour y réaliser une opération d’exception : un centre d’activités, un pôle d’échanges multimodal (lieu d’échanges où se connectent différents modes de transports adaptés au centre-ville), du stationnement, des logements, des services et équipements et un parc urbain.



Le site de plus de 12 ha, à proximité directe du centre-ville, est caractérisé par une topographie très prononcée, qui offre des vues exceptionnelles sur le golfe d’Ajaccio. Aménager le site dans ces conditions, en facilitant les accès entre la ville haute résidentielle et le centre-ville (via un ascenseur urbain), sera l’enjeu majeur du projet. La labellisation « ÉcoQuartier», portée par le Ministère de la Cohésion des Territoires, est activée sur ce projet.

Nos objectifs sur cette opération

- Créer une réelle opportunité de retour de résidents dans le centre-ville ;

- Offrir de nouvelles capacités de stationnement et de mobilité ;

- Proposer de nouveaux espaces verts et poursuivre notre politique de reconnexion des quartiers.

Descriptif de l’opération

À compter de 2020 :

• Acquisition des terrains de l’hôpital ;

• Lancement des études techniques, environnementales et du concours d’urbanisme ;

• Signature de la charte « EcoQuartier » et mise en place de la grande concertation publique.

Coûts de l’opération

Études : 620 000 €

Montant des travaux évalué à : 20 M€


Solliciter la labellisation « ÉcoQuartier » auprès de l’État n’est pas obligatoire : c’est une véritable contrainte que nous imposons à nos projets, afin de répondre à tous les enjeux du développement durable et responsable de notre génération.

90 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout