Culture et patrimoine : Ajaccio rayonne en Europe

Mis à jour : 13 févr. 2020

          « La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert », disait Malraux.

Comprenez qu'une politique culturelle ambitieuse s’inscrit dans le temps. La ville d’Ajaccio s’est engagée par conviction dans une action politique pour la culture. Mais bien au-delà d’une vision politique, c’est une conception de la société, des relations humaines, du rapport entre les créateurs et les citoyens qui ont forgé notre action.


L’équipe municipale, et plus particulièrement au travers de Simone Guerrini, Adjointe déléguée à la Culture et au Patrimoine, a ancré son action en faveur de la culture autour d’axes majeurs :

- Favoriser l’accès à la culture pour tous ;

- Créer un nouveau dialogue et un autre mode de coopération entre les institutions publiques et les acteurs privés ;

- Jouer pleinement notre rôle en faveur de l’éducation artistique ;

- Repenser les équipements culturels ;

- Promouvoir les actions portées par les acteurs culturels du territoire ;

- Développer les passerelles artistiques méditerranéennes et internationales.




UNE OFFRE CULTURELLE DIVERSIFIÉE ET D’EXCELLENTS RÉSULTATS


           La programmation en spectacle vivant et en arts plastiques de l’Espace Diamant a été repensée depuis 2014 afin de répondre aux exigences d’un public plus diversifié. Elle a de ce fait enregistré un taux de fréquentation record tant pour sa salle de spectacle que pour sa salle d’exposition.

Salle de spectacle : +25% de fréquentation entre 2014 et 2018, avec un taux de remplissage pour la saison 2018-2019 de 72.29% avec notamment 45 représentations (dont fête de la musique) et 7 151 spectateurs en 2018. Une attention particulière a été apportée au Jeune public depuis 3 ans, l’Espace diamant ayant accueilli 1 spectacle par mois consacré au Jeune public – à raison de 8 par saison, pour 16 représentations.

Salle d’exposition : augmentation de fréquentation considérable passant de 1 060 visiteurs en 2014 avec 8 expositions par an, à 2 625 visiteurs en 2018 avec 12 expositions par an.

Conférences : proposées autour de thématiques qui concernent les grands débats de société, les conférences ne désemplissent pas, enregistrant chaque année plus de 600 participants.

Cinéma : la programmation cinéma, complémentaire au cinéma commercial, propose une soixante de séances par an, réparties les vendredis et les samedis réunissant chaque année plus de 3 000 spectateurs.

          

            Malgré des contraintes techniques et scéniques avérées, l'Espace Diamant a accueilli, ces 5 dernières années, des têtes d'affiches et des personnalités du monde de spectacle vivant reconnu à l'échelle internationale :

• Musique : Christine & the Queens, Alain Chamfort, l'orchestre philharmonique de Monaco avec Renaud Capuçon, Jean Christophe Spinosi…

• Théâtre : Patrick Timsit, Christina Réali & Francis Huster, La Comédie Française…

• Humour : Blanche Gardin, Valerie Lemercier

• Danse : Marie Claude Pietragalla,L'opéra de Paris, les plus grandes compagnies de danse (Gallota, Josette Baiz, Preljocaj..), les grands centres chorégraphiques nationaux dont le CCN de Nantes…

Ces 5 dernières années, des têtes d'affiches et des personnalités du monde de spectacle vivant reconnu à l'échelle internationale : ici, Christine & the Queens.

           Par ailleurs, chaque saison, L'Espace diamant encourage la diffusion de la création insulaire et propose en moyenne une dizaine de spectacles, toutes disciplines confondues, proposés par des compagnies locales.


           Le budget de la Ville dédié aux expositions a été multiplié par trois. Celui dédié à l’école de musique municipale a augmenté de 30%, la dotation du conservatoire a augmenté de 8%.


"Le soutien aux associations culturelles locales a connu durant cette mandature une très forte hausse (+69%) passant de 182 000 € en 2014 à 307 000 € en 2018."


LA CULTURE POUR TOUS


            La ville d’Ajaccio a maintenu des tarifs très attractifs destinés à favoriser l’accès à la culture pour tous : 3 € pour les jeunes de moins de 18 ans ; de 7 € à 16 € selon les spectacles pour les publics empêchés (chômeurs, RSA, bénéficiaires AAH, accompagnants…). L’accessibilité de la culture pour tous notamment dans les quartiers, a été concrétisée au travers de la politique de la ville initiée autour de projets fédérateurs tel que les "Quartiers numériques", le "Théâtre dans les quartiers" etc…).


Les quartiers numériques

            Mise en place en 2014 par la Ville d’Ajaccio, en partenariat avec l’association EMAO, l’opération « quartiers numériques » a eu pour ambition de rendre le numérique accessible à tous (établissements scolaires, centres sociaux, Maisons des quartiers…) en s’adressant à tous les publics par la mise en place d’ateliers dans une démarche d’ouverture, d’échange, d’accompagnement et de networking, pimentés de moments festifs et conviviaux. Cette manifestation a accueilli chaque année plus de 650 personnes, dont 250 scolaires.



LA CRÉATION D’ABORD !


           Si la ville d’Ajaccio n’a pas vocation à tout organiser, elle entend cependant favoriser le dialogue partenarial avec les autres collectivités, en favorisant la mise en place de réunions de concertations régulières, l’émergence d’un réseau de coopération, les synergies entre les initiatives et les territoires, en jouant un rôle de catalyseur.


Charte pour la diffusion de la création artistique insulaire de la Collectivité de Corse

          En décembre 2018, la ville a approuvé et signé en Conseil municipal, la "Charte pour la diffusion de la création artistique insulaire" mise en place par la Collectivité de Corse, ayant pour objectif de mieux accompagner la création et la diffusion des artistes corses.


Soutien aux acteurs culturels locaux

           Toujours à partir de 2018, la municipalité a renforcé ses partenariats avec les établissements culturels privés (Aghja, Filu d’Amparera et Locu teatrale) et les associations culturelles structurantes du territoire (Cie Nénéka, Crea Corsica, Vialuni, Jeune Ballet corse, Jazz in Aiacciu, La Palette Polychrome, l’Ensemble Instrumental de Corse) afin de favoriser la mutualisation et les bonnes pratiques (moyens financiers, humains, techniques logistiques et organisationnels) en lien avec sa programmation en spectacle vivant.


Mise à disposition de l’Espace Diamant aux acteurs culturels, institutionnels et autres partenaires privés

          L’Espace Diamant accueille 6 festivals de cinéma par saison, avec une occupation moyenne de 5 jours par événement. Par ailleurs, des associations caritatives sont également accueillies gracieusement (14 jours par an en moyenne). Enfin des locations et des co-réalisations sont également programmées (en moyenne 9 jours par an).



UN RÔLE MAJEUR EN FAVEUR DE L’ÉDUCATION ARTISTIQUE


Partenariat avec le conservatoire

          S’appuyant sur l’antenne d’Ajaccio du conservatoire Henri Tomasi, la Ville d’Ajaccio a souhaité œuvrer à l’accessibilité de l’enseignement artistique pour tous au travers de 3 projets pilotes :

- Classe « violons-voix » ouverte à la rentrée 2017 au sein de l’école Sampiero destination de 28 élèves de CE2, qui seront suivis par cohorte pendant 3 ans jusqu’au CM2 et bénéficiant de l’enseignement de qualité d’enseignants du conservatoire au sein de l’école.

- Classe « cordes, voix, danse » au sein de l’école Veil (quartier prioritaire) ouverte à la rentrée 2018 à destination de 24 élèves de CE2, bénéficiant dans le cadre du contrat de ville d’une dotation de 12 instruments

- Dispositif d’intégration danse en 2018-2019 ayant pour objectif de permettre à des enfants issus des centres sociaux (12 élèves pour cette première année) d’accéder à la formation du conservatoire dans cette discipline, avec exonération des droits d’inscription pour les élèves.


Les écoles de Musique et de danse municipales

          Les écoles de musique et de danse municipales concourent à diversifier l’offre culturelle en assurant des cours à des tarifs très attractifs, à destination des enfants et des adultes. L’école de danse située à l’église anglicane propose ses cours du lundi au samedi et compte près de 90 élèves adultes. Les cours de l’école de musique comptent 172 élèves répartis en trois niveaux (CP/CE1-CE2/CM1 et CM et plus), sans oublier les grognards qui rythment les grands évènements ajacciens.


Les écoles de musique et de danse municipales assurent des cours à des tarifs très attractifs, à destination des enfants et des adultes.


REPENSER LES ÉQUIPEMENTS


          Consciente de l’effort à porter sur la création voire la réhabilitation d’outils opérationnels culturels, véritables moteurs d’une politique de revitalisation urbaine, la municipalité s’est emparée d’une part du projet de construction de l’antenne d’Ajaccio du conservatoire Henri Tomasi et a décidé d’autre part, de dresser un état des lieux des outils existants afin d’envisager un développement culturel et urbain cohérent.

Projection de futur Conservatoire Henri Tomasi sur le site de l’ancien collège du Finosello

Le nouveau conservatoire de musique, danse et art dramatique Henri Tomasi au Finosello : un projet majeur

          La construction d’un équipement performant pour l’antenne d’Ajaccio du conservatoire Henri Tomasi constitue un projet majeur pour la ville, il s’inscrit dans le programme d’aménagement « Ajaccio 2030 ». En octobre 2017, la Ville d’Ajaccio a délivré un mandat à la SPL Ametarra pour la réalisation du Conservatoire sur le site de l’ancien collège du Finosello. Le 20 décembre 2018, le jury du concours d’architecte pour ce projet a retenu la proposition architecturale de Rudy Ricciotti et d’Amélia Tavella. Le financement de ce projet évalué à 8 M d’€ est proposé dans le cadre du Plan exceptionnel d’investissement (63% État, 20% Ville d’Ajaccio et 17% CDC), sur la base d’un calendrier prévisionnel prévoyant une livraison en 2022.

          Le projet conçu par les deux architectes a été pensé pour créer une véritable relation avec le futur éco-quartier. Il offrira un bâtiment multifonctionnel de 3 400 m2 aux 600 élèves déjà scolarisés dans l’établissement et l’école de Musique municipale y sera également intégrée. Doté d’un auditorium de 200 places, à l’acoustique et aux possibilités scéniques et techniques digne des plus grandes salles de spectacle, le conservatoire pourra s’avérer être un outil de diffusion au service de la politique culturelle de la ville.



Vers la réouverture du Kalliste et la rénovation de l'Empire

          La ville a initié en 2017, une étude sur les potentialités en matière de spectacle vivant, confiée au cabinet Kanju, dont les conclusions ont été remises à l’autorité municipale et présentées à la Collectivité de Corse en avril 2019. S’appuyant sur plusieurs scenarii, l’étude de ce cabinet confirme le besoin pour la ville d’Ajaccio de se doter d’un Théâtre municipal adapté aux besoins de la capitale régionale qui pourrait s’envisager dans le cadre d’une labellisation d’un « Centre Dramatique National ».

Le déficit en équipement de qualité dédié au spectacle vivant étant acté, plusieurs options ont été étudiées dans le cadre de cette étude :

- La rénovation de l’Empire : projet visant à doter l’équipement d’une modularité lui permettant d’offrir deux configurations : 560 places assises et 990 en combiné assis/debout.

- La construction d’un équipement neuf sur une parcelle jouxtant la caserne Grossetti le foncier appartenant à la ville, avec un dimensionnement de salle (jauge assis/debout) de 600 place assises et 1 100 débout.

- La rénovation du théâtre Kallisté : au départ dans le cadre d’une reconfiguration à minima pour en faire un lieu de résidence, y accueillir du spectacle jeune public et des petites formes de théâtre ou de danse.

          In fine, la Ville pourrait opter pour un scenario par phasage avec la réalisation à termes de deux nouveaux équipements culturels qui fonctionneraient de manière complémentaire :

- A court terme, la rénovation du Théâtre Kallisté en rehaussant le niveau d’ambition par rapport à l’hypothèse initialement retenue avec la création d’un théâtre entre 200 et 250 places assises, dédié à la création contemporaine en théâtre et en danse.

- A moyen terme la réalisation d'un théâtre de 600 place assises et 1 100 places débout, pour une programmation plus diversifiée et adaptée pour les concerts de musique. Ce nouveau lieu pouvant être envisagé soit par la construction d’un équipement neuf sur l’espace Grossetti ou la rénovation de l'Empire (qui reste toutefois assujettie à de nombreuses contraintes techniques et dont le foncier appartient à des privés).

          Les coûts d’investissement des ces deux projets ont été estimés à 3 200 000 € HT pour le Théâtre Kallisté, 16 800 000 HT pour le l’Espace Grossetti et à 7 500 000 € HT, hors acquisition foncière pour l'Empire.

La destination de l’Espace Diamant serait, dans ce contexte, orientée vers les résidences de création et l’éducation artistique et culturelle.

          Ce projet dont le niveau d’attente et d’exigence est important ne peut se concevoir que dans le cadre d’une vision ambitieuse au travers de la labellisation d’un Centre Dramatique National et Méditerranéen en partenariat avec l’État (la Corse étant la seule région française à ne pas disposer d’un CDN), les coûts de fonctionnement annuels étant élevés avec une estimation de dépenses annuelles autour de 3,5 M d’€).


Une étude pour développer les arts plastiques

         Le conseil municipal a également délibéré en afin de programmer une étude spécifique sur les arts plastiques par une politique de soutien à la rénovation et à la création d’équipements culturels adaptés aux besoins des artistes. C’est une véritable demande de la population ajaccienne dans ce domaine. Cette étude sera lancée à partir de 202



L’ÉVÉNEMENTIEL AU SERVICE DU POTENTIEL CRÉATIF DES AJACCIENS


Les Corsican Design Days : le design au cœur de la création insulaire

          Afin de diversifier son offre culturelle et d’accompagner les initiatives des créateurs insulaires, la Ville a eu pour ambition, en 2017, de faire découvrir au plus grand nombre, néophytes aussi bien qu’initiés, le design et ses champs d’application avec le Festival Corsican Design Days. Pendant 3 jours la manifestation s’est organisée autour d’une exposition inédite regroupant 27 créateurs, 2 lieux de formation (l’Université de Corse et la Classe préparatoire aux écoles d’art de Sartène), des tables rondes, des workshops, des animations, et des projections de films. Cette manifestation a rassemblé près de 7 000 visiteurs en 3 jours et a bénéficié d’une large couverture médiatique.


Un Festival de la photo

          En octobre 2018, la Direction de la Culture a proposé la première édition d’un festival consacré à la photographie, autour d’un parcours d’exposition de photographes professionnels et émergents, rassemblés autour d’une thématique liée à l’environnement : les arbres. Principalement exposées en extérieur, les photographies ont invité à la déambulation (5 lieux d’expositions répartis sur l’ensemble de la ville), afin d’encourager la population à se réapproprier l’espace urbain et aux touristes de découvrir des artistes insulaires (une dizaine de photographes exposées). Des tables rondes, des débats, des projections de films et documentaires, ainsi que des actions pédagogiques à destination particulièrement des jeunes ont également été initiées. Cette première édition a permis de nombreuses retombées médiatiques : 1 émission TV en direct, 1 Facebook live, des articles dans les journaux locaux…


Crià in liberta : encourager les amateurs

          Ajaccio est riche d’un tissu associatif actif de pratique « amateur » en spectacle vivant, c’est dans ce contexte que la direction de la culture a décidé en 2019, pour la première fois, de donner carte blanche aux pratiques « amateurs » en théâtre et musique en créant la manifestation Crià in liberta. Pendant deux semaines, du mardi 17 au samedi 28 septembre 2019, l’Espace Diamant a ouvert ses portes à 5 compagnies de théâtre et à 5 groupes insulaires et a mis, gratuitement, à leur disposition ses locaux, son personnel technique et d’accueil ainsi que ses moyens de communication dédiés.



FAIRE RAYONNER AJACCIO


          Malgré un dynamisme avéré et une volonté partagée de renforcer l’action de la culture et du patrimoine, force était de constater un manque d’efficacité des moyens d’information, ainsi qu’un manque de visibilité des actions culturelles et patrimoniales portées par la ville et celles portées par les acteurs privés. La Municipalité a ainsi renforcé ses actions de communication, au travers d’une présence accrue sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram et Twitter), la réalisation de supports de communication audiovisuels : film de présentation diffusé à l’occasion de la présentation de la saison culturelle, spot culturel projeté au cinéma l’Ellipse et une meilleure synergie avec les supports de communication édités ou diffusés par la direction de la communication de la Ville d’Ajaccio.

           De plus, la Ville travaille à la mise en œuvre d’un site internet dédié à la culture et au patrimoine et une application pour Smartphone dédiée. Cet outil sera la première porte d’entrée des différentes offres culturelles existantes sur le territoire (celles de la ville et de tous les acteurs culturels du territoire). Il proposera l’accès à tous les sites internet et applications culturels et patrimoniaux proposés par la Ville (Site du palais Fesch, du CIAP, de l’espace diamant, Office intercommunal de tourisme etc.). Actuellement en cours de développement en liaison avec la direction de la communication de la ville, il sera opérationnel courant 2020.



S’EXPORTER !


          Nous soutenons deux manifestations ouvertes sur la Méditerranée et l’international, en amont de la saison estivale :

- Racines de ciel, ces rencontres littéraires méditerranéennes portées depuis 10 ans par l’association Via Grenelle, se déroulent début juin, au sein du Musée Fesch et mettent à l’honneur chaque année un pays du bassin méditerranéen.

- Jazz in Aiacciu, ce festival de jazz organisé fin au juin en partenariat avec le Lazaret, jouit d’une programmation internationale de haut niveau (artistes multi-primés aux Grammy Awards) et ne faiblit pas depuis ses débuts, il y a 18 ans.

Sous cette mandature, la ville a ainsi renforcé son soutien afin de mieux accompagner ces événements incontournables en faveur de son rayonnement.



QUEL PATRIMOINE !


          « Ville et Pays d’Art et d’Histoire » depuis 2012, Ajaccio s’est structurée durant cette mandature en créant un service du patrimoine en 2016, puis la création, en octobre 2017, d’une direction des Patrimoines, signifiant ainsi son intérêt majeur pour notre héritage, matériel ou immatériel. L’action de la ville s’est donc faite au travers du Musée Fesch, de la médiation culturelle, avec la proposition d’ateliers éducatifs et l’animation de lieux patrimoniaux ; de l’organisation de grands évènements, à travers notamment la participation aux manifestations nationales comme les Journées du Patrimoine, de l’amélioration de la connaissance du patrimoine et en s’engageant enfin autour de grands projets structurants.



ENTREZ, C’EST OUVERT !


          Depuis 2018, la Ville a opéré une réorganisation en profondeur au bénéfice du public ajaccien et de touristes (en moyenne 40 000 visiteurs par an), en proposant une ouverture 7/7, été comme hiver, aussi bien le matin que l'après-midi, tout en garantissant les conditions optimales en termes d’accueil et de sécurité.

          Depuis juin 2014, en complémentarité de ses collections permanentes, le Musée Fesch a offert au public 16 expositions temporaires en saison et hors saison estivale. Pour chaque exposition temporaire, environ 400 catalogues ont été édités.

Dans le cadre de sa politique de médiation culturelle, le Musée Fesch propose des visites guidées, des conférences et des ateliers à destination du public (autour d’une vingtaine par an).


          "Les recettes du Musée Fesch ont augmenté,  passant de 178 000€ en 2014 à 196 000 € en 2018."

MÉCÉNAT


           Depuis juin 2016, Ajaccio s’est dotée d’une cellule mécénat au sein des directions de la culture et du patrimoine. En effet, le besoin de faire vivre le « Ville et Pays d’art et d’histoire » au travers de projets culturels et patrimoniaux structurants, l’urgence à restaurer son patrimoine (Bibliothèque Patrimoniale, Église Saint-Roch, San Ruchellu…) et le contexte économique public précaire au niveau national et local, ont été autant d’éléments concourant à cette initiative. Les principaux objectifs sont de développer des projets culturels et patrimoniaux stratégiques, d’opérer un rapprochement entre les secteurs culturels et économiques et de faire du territoire un pôle d’attractivité. Pour se faire, la Ville d’Ajaccio s’est rapprochée de la Fondation du Patrimoine, avec laquelle elle a signé une convention en novembre 2016. Le premier projet porté dans ce cadre a été la restauration de l’Église Saint-Roch dont l’architecture typique néo-classique de la fin du XIXe siècle, est le fruit du travail de l’architecte ajaccien Barthélemy MAGLIOLI. La restauration concerne l'ensemble de l'édifice, façades, clocher, vitraux ainsi que l'intérieur de l'église. Le montant de la collecte à ce jour est de 5 260 €, soit 8% du besoin exprimé.


Restauration du bâtiment et du fonds anciens de la Bibliothèque patrimoniale Fesch

          Appartenant au projet d’Institut d’études voulu par le cardinal Fesch, la Bibliothèque a été édifiée sur la volonté de Napoléon III, et inaugurée en 1868. Elle a été érigée par les bâtisseurs de la chapelle impériale, qui lui fait face, pour abriter et donner accès à un riche fonds composé de milliers d’ouvrages légués entre autres par le cardinal et par Lucien Bonaparte. La salle patrimoniale de la Bibliothèque nécessite des travaux d’urgence depuis de nombreuses années, tant pour la sécurité du public et des personnels, que pour les livres qu’elle abrite. La collection (environ 40 000 ouvrages), longtemps ignorée, compte des dizaines d'incunables ; des centaines de manuscrits du XVe au XIXe siècle ; de nombreuses éditions rares et des ouvrages d’éditeurs prestigieux – dont certains uniques au monde - qu’il convient également de restaurer.


Deux collectes ont été ainsi ouvertes par la Fondation du Patrimoine :

- La restauration des ouvrages dont le montant de collecte s’élève à fin juin 2019 à 2 250 € soit 3% de l’appel de fonds d’un montant de 75 000 €;

- La rénovation du bâtiment dont le coût des travaux a été estimé à 1 267 500 € HT, qui a recueilli à ce jour 2 036 € de dons, soit 2% de l’appel de fonds de 100 000 €.

Enfin, le 11 mars 2019, le projet de rénovation du bâtiment porté par la Ville d’Ajaccio a été retenu dans le cadre de la seconde édition du Loto du Patrimoine, parmi 18 sites emblématiques du patrimoine français. Cette opération a rapporté 500 000€ à la Ville pour restaurer sa bibliothèque patrimoniale.


Le Loto du Patrimoine a rapporté 500 000€ à la Ville pour restaurer sa bibliothèque patrimoniale.

CENTRE D’INTERPRÉTATION DE L’ARCHITECTURE ET DU PATRIMOINE


          Dans le cadre de l’obtention du label « Ville et Pays d’Art et d’Histoire », la Ville d’Ajaccio s’est engagée à mener une politique offensive en matière de préservation et de mise en valeur de son patrimoine, afin de forger une identité culturelle et de développer une activité économique (raisonnable et raisonnée) liée au tourisme d’histoire. Afin de mener à bien cette politique, les villes et pays d’art et d’histoire bénéficient d’un outil désigné : le Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine (CIAP). Voulu comme un véritable équipement culturel de proximité, en synergie avec les autres services et équipements culturels et patrimoniaux municipaux et nationaux (Palais Fesch, Bibliothèque Patrimoniale, Maison Bonaparte, Office intercommunal du tourisme…). Il constituera tout autant un centre de ressources et un instrument de pédagogie montrant l’enrichissement et l’évolution de la notion de patrimoine autour de six chapitres :

- Ajaccio et sa géographie ;

- Les temps obscurs, de la préhistoire à la première implantation génoise ;

- 1492, Ajaccio à son premier matin, de l’ère génoise à la conquête française ;

- De Napoléon Bonaparte au cardinal Fesch, entre 1800 et 1850 ;

- De Napoléon III à la Première Guerre Mondiale, l’âge d’or d’Ajaccio ;

- De la fin de la Première Guerre au XXIe siècle, un siècle de mutations.


          En 2017, un animateur a été recruté afin de mener à bien ce projet. Le CIAP a été adopté en conseil Municipal en date du 28 janvier 2019, sur la base de l’aménagement de l’ancienne Maison Elisa pour une superficie totale de 626 m2 répartis entre accueil ; salle multimédia, salle d’exposition et de médiation et lieu de stockage.

Un comité de pilotage a été ainsi désigné composé de représentants de la Ville d’Ajaccio et des partenaires, ainsi qu’un comité scientifique composé de personnalités es-qualifiées.

          Enfin, le coût global du projet d’un montant de 600 000 € HT fait l’objet d’un cofinancement entre la Ville d’Ajaccio (30%), l’Agence du Tourisme de la Corse (30%), la Collectivité de Corse (25%) et la DRAC (15%). Les dossiers de demande de subvention ont été transmis aux partenaires et ont fait l’objet d’un accusé de réception complet en juin 2019.



L’ANTIQUARIUM – BAPTISTÈRE SAN GHJUVA : ENTRE PROTECTION ET VALORISATION DU PATRIMOINE


          10 ans après la découverte en 2005 du baptistère paléochrétien mis au jour par les travaux du site Alban situé quartier Saint-Jean, la municipalité sous cette mandature s’est emparée de ce dossier afin d’envisager la conception d’un espace à la fois protecteur et permettant la réappropriation de l’histoire de Ville d’Ajaccio. Le 20 avril 2017, le transfert de propriété de la parcelle abritant les vestiges a été opéré par la Société civile immobilière « Alban » au bénéfice de la ville d'Ajaccio. En août 2018, le marché relatif à la Mission de maîtrise d'œuvre pour la réalisation d'un antiquarium (petit musée local abritant des fouilles archéologiques) pour les vestiges du baptistère de San Ghjuva a été attribué au groupement conjoint ORMA ARCHITETTURA (mandataire) / CGZ Architecture /SINETIC / BEAUMECO / INGENIA / LRA pour un budget total de 136 185 € HT.


          La proposition architecturale travaillée en gradins (entre place haute passante et place basse liée aux fouilles et à la mémoire) sera structurée autour d’une première strate de béton sablée, suspendue pour la place haute et d’une bulle de verre protectrice pour la place basse. Le coût global des travaux est estimé à 1 300 000 € a fait l’objet d’une demande d’inscription au PEI (Programme Exceptionnel d’Investissements pour la Corse par l’État), en mai 2019.



LA JONCTION CHAPELLE IMPÉRIALE – PALAIS FESCH


          Dans le cadre de l’actualisation du projet scientifique et culturel du Palais Fesch, il s’agit d’intégrer la visite de la Chapelle impériale dans le parcours muséographique. Dans cette optique, la Chapelle Impériale sera accessible à partir de l’intérieur du musée et les activités pédagogiques se dérouleront dans les locaux au premier étage de la chapelle. Dans ce cadre, la salle polyvalente du RDC accueillera une vraie boutique pour le Musée. Ce projet de jonction des deux édifices repose sur un fondement historique qui les lie depuis leur construction. En effet, au début du XIXe siècle, en pleine apogée du premier Empire, le cardinal Fesch est à Rome lorsqu’il a l’idée de faire construire à Ajaccio une sépulture grandiose pour sa famille en même temps qu’un institut d’études. C’est là l’embryon de ce qui deviendra la Chapelle Impériale et le Palais Fesch un demi-siècle plus tard. Une fois au pouvoir, Napoléon III met un point d’honneur à honorer les volontés du cardinal et les travaux de la chapelle, du palais et de la bibliothèque adjacente sont enfin achevés avant la chute du Second Empire. Ainsi, dans une volonté conjuguée de répondre aux souhaits du cardinal Fesch et de faire aboutir des projets culturels longtemps abandonnées, un parcours de visite sera aménagé dans tous les espaces de circulation latéraux de la chapelle où seraient exposés, dans des vitrines et des meubles à tiroirs, les ornements liturgiques. Enfin, dans un souci de confort de visite, des bornes interactives seront également être installées afin d’expliquer la construction de l’édifice, les collections présentées et l’histoire des membres de la famille impériale inhumés dans la chapelle. Ce projet est élaboré en étroite collaboration avec la DRAC, la chapelle étant propriété de l’État. Ce dernier a remis l’étude préalable portant sur la jonction, la Ville engagera, sur la base de cette étude, les travaux dès 2020.



L’INVENTAIRE DU PATRIMOINE DE LA VILLE D’AJACCIO


          Les élus, conscients des enjeux culturels, urbanistiques et économiques que représente désormais le patrimoine, ont décidé de mettre en œuvre une politique ambitieuse reposant sur une démarche active d'étude, de conservation, de valorisation et de soutien à la qualité architecturale et au cadre de vie. La condition nécessaire à la réussite d'un tel projet est l'engagement de la Ville dans la constitution d'un socle de connaissances par la réalisation d'un inventaire du patrimoine culturel. Ainsi, l’opération de l’Inventaire général du patrimoine de la Ville d’Ajaccio (immobilier, mobilier et immatériel) a débuté en 2019 et durera trois années. Ces dossiers serviront d’outils au service d’une politique patrimoniale forte ainsi que d’éléments précieux pour une aide à la décision et la définition des orientations dans le cadre de l’aménagement de notre territoire.



RÉNOVATION DE L’HÔTEL DE VILLE ET MUSÉE NAPOLÉONIEN

          L’enjeu pour Ajaccio est d’impulser une véritable attractivité vectrice de développement économique, social et culturel, grâce à cette exceptionnelle richesse patrimoniale dont l’un des atouts majeurs à valoriser est la richesse exceptionnelle du patrimoine napoléonien de la Ville. Napoléon Bonaparte, l’homme le plus célèbre de la planète, qui a refondé les institutions françaises, est né en Corse, mais la France n’a consacré aucun musée entièrement dédié à sa personne, qui n’est que partiellement évoquée au musée de l’Armée, au musée du Louvre et au musée de l’Histoire de France du Château de Versailles, ainsi que dans les châteaux musées de Malmaison, Fontainebleau et Compiègne.

          Le musée conservera sa place dans l’hôtel de Ville, situé en bordure de mer, à quelques mètres du débarcadère du port d’Ajaccio. L’enjeu principal est d’imaginer un musée de demain qui lie collections et multimédia, afin d’entraîner le public dans une aventure, celle de Napoléon et de sa famille, de la fin du XVIIIe siècle, comme aboutissement du siècle des Lumières, à la Révolution, la création de l’État français moderne, l’épopée napoléonienne, sa légende, puis tout le second Empire, jusqu’à la mort de la dernière impératrice en 1920, Eugénie, épouse de Napoléon III.

      Le musée sera le point de départ d’un parcours napoléonien qui englobera l’ensemble de la ville et de ses abords et bien évidemment la maison natale de Napoléon (musée National), la Chapelle Impériale (propriété de l’État) et le Palais Fesch-musée des Beaux-arts, voulu par l’oncle maternel de l’Empereur, le cardinal Fesch.

          Le Projet Scientifique et Culturel a été présenté et validé par le service des musées de France du Ministère de la Culture. Les grandes institutions françaises font partie intégrante de ce projet d’envergure, en acceptant le dépôt, à long terme, de plusieurs de leurs œuvres au bénéfice de la Ville d’Ajaccio. La municipalité a finalisé le programme architectural et muséographique et a lancé, en 2019, le marché public relatif à la maîtrise d’œuvre pour la rénovation de l’Hôtel de ville et la création du musée napoléonien.

174 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© Ajaccio ! Le Mouvement